Une semaine Bleu Mogador: Essaouira.

Spread the love
  • 6
  •  
  •  
  •  

Si tu es comme nous et que tu as la bougeotte ( limite un peu hyperactif) alors ce qui va suivre t’intéresse.

Nous sommes partis une petite semaine en Octobre à Essaouira mais pas question pour nous de rester au coeur de la Médina, trop envie de découvrir tous les alentours.

Alors je te propose un petit tour des chouettes sites à faire autour de cette belle ville fortifiée.

L’oasis Ain Lahjar.

Normalement à une trentaine de minutes de notre riad, je pense que nous avons mis une petite heure pour trouver l’endroit. 🙈

Ok nous ne sommes pas doués, quoique google plans n’a plus de secret pour nous, mais il faut quand même avouer que les Marocains sont légèrement avares de panneaux de signalisation.

Et chaque lieu visité étant très peu fréquenté, il n’y avait donc aucun indice type attroupement de touristes ou parking blindé pour nous dire “tiens, c’est ici.”

Bref, on finit par arriver dans un endroit bien plus vert que le reste du paysage, on aperçoit un petit court d’eau, et on finit par apercevoir le marabout (tombe d’un saint) : on arrête donc la voiture et hop, on débute la promenade.

Gros coup de bol, nous avions laissé entendre aux enfants que la découverte de tortues terrestres était probable en ce lieu et bim, il y en avait une qui venait juste dans notre direction. ( danse de la joie)

Nous étions seuls au monde au sein de cette oasis verte où il est très agréable de se balader.

Tantôt parmi les palmiers dattiers tantôt entourés de grenadiers qui nous ont généreusement offert notre goûter.

Le seul hic, comme souvent au Maroc, c’est la pollution: il y avait ici et là, de petits étangs remplis de tortues d’eau qui se doraient la pilule sur…. des bouteilles en plastique. 😞

Nous y avons passé l’après-midi puis sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés à un petit village de pêcheurs: Moulay Bouzerktoun.

Encore une fois, ce lieu très fréquenté des surfeurs et kite-surfeurs était désert. Nous avions la plage rien que pour nous.

Et au milieu de nul part, un chouette restaurant les pieds dans l’eau avec une vue d’enfer : auberge Lawama.

https://www.tripadvisor.fr/Hotel_Review-g298349-d8739025-Reviews-Dar_Lawama-Essaouira_Marrakech_Tensift_El_Haouz_Region.html?m=19905

On y mange ce que la patronne a cuisiné le jour même: des produits frais, des repas simples mais succulents. On te le recommande les yeux fermés.

Les cascades de Sidi M’Barek.

Cette fois-ci, on avait analysé notre truc à fond pour ne pas passer une heure à chercher le départ de la rando et malgré ça, nous nous y sommes repris à plusieurs fois avant de trouver et nous nous sommes garés clairement à l’arrache, au bord de la route.

Après une petite heure de rando (compte moins si tes enfants sont de bons marcheurs), la nature nous offre un joli spectacle: des cascades, des dunes de sable et derrière, l’océan Atlantique! C’est vraiment très beau.

Nous avons bien passé une heure rien qu’à dévaler les dunes et se rouler dans le sable.

Puis place à un semblant de baignade car même si on parle ici de cascade, l’eau s’écoule vers l’océan et les piscines naturelles sont quelque peu asséchées.

La plage de Sidi Kaouki.

Cette plage se trouve juste avant les cascades, nous y passions donc au retour.

L’occasion pour les garçons de goûter aux vagues de l’atlantique, de sentir la brise typique d’Essaouira et…. de se rassasier.

La plage de Sidi Kaouki, c’est la plage à touristes typique: il y a les parasols et les chaises longues que tu loues 10 dirhams l’après-midi, les dromadaires qui attendent sagement de satisfaire les vacanciers à la recherche de la photo type et les pur-sang arabes qui font le show au galop dans la mer.

Nous nous sommes mis en retrait de toute cette agitation et il faut quand même reconnaître que l’ambiance y est vraiment agréable, les gens toujours souriants.

Et puis nous avons eu un petit coup de coeur pour un bar-restaurant-magasin de surf!

Ils ont une terrasse qui surplombe la plage, une table avec un échiquier, des murs colorés de belles peintures et des smoothies à tomber! 👍🏼

Nous sommes restés là et avons admiré un magnifique coucher de soleil.

La vallée du paradis.

Si tu n’aimes pas les longs trajets, tu peux passer à l’item suivant.

C’est la seule journée où nous avons fait le choix de rouler beaucoup pour pouvoir profiter de ce spot. Nous sommes donc partis à la journée car la vallée du paradis se trouve près d’Agadir. Et je peux t’assurer que 2h30 de voiture sur les routes marocaines paraissent une éternité.

J’ai même eu envie de faire demi-tour à un moment donné: des travaux partout, des policiers aussi. (On a failli avoir une amende pour excès de vitesse 🙈)

Mais finalement, ça valait le coup. Avant d’atteindre la vallée, nous nous sommes arrêtés dans un petit bouiboui au bord de la route, les pieds dans l’eau. Les petits poissons venaient nous chatouiller les pieds et les garçons se sont rafraîchis dans les bassins creusés dans la roche. Un vrai moment de détente et de bonheur.

Puis direction la vallée et une marche de 30 minutes environ pour atteindre les bords de l’Oued et les cascades d’Imouzzer.

Là encore, le paysage est sublime et la nature luxuriante mais tout comme à l’oasis, les détritus jonchant le sol viennent ternir la beauté de l’endroit.

Quand on arrive aux formations rocheuses et à l’eau qui s’écoule formant ici et là des piscines naturelles, on est juste émerveillé.

Les lieux sont plutôt assez fréquentés mais par des locaux étonnamment. Elven a passé un moment à regarder les jeunes hommes réaliser des plongeons acrobatiques puis nous avons escaladé pour atteindre une petite piscine juste pour nous.

Bon clairement, c’est “casse-gueule“: en chaussures ou pieds-nus, c’est pareil. Elven et moi sommes tombés plusieurs fois et je n’étais pas trop sereine. Mais une fois que nous nous sommes posés sur les rochers au soleil et que les garçons se sont baignés, c’était vraiment chouette.

Le café Jimi Hendrix

Ce n’est pas un site à visiter en soi mais quand même un lieu qui vaut le détour.

Les gérants sont très agréables et aux petits soins pour les gens de passage.

Le café est situé à Diabat, au bord d’une petite route non loin du palais en ruine Dar Sultan. Il ne paie pas de mine et pourtant….

La médina et le port d’Essaouira.

Envoûtante, odorante, colorée, vivante.… voilà les mots qui me viennent pour parler de la belle bleue.

Une ville fortifiée dont la médina toute blanche est classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Ici, pas d’ennui tellement il y a d’atouts: naturels, culturels et historiques.

La plage, les sports nautiques, les balades à dos de dromadaire ou en quad, la visite du port ou des remparts, des souks etc… en font une ville attrayante et donc touristique.

Les gens là-bas sont d’une extrême gentillesse, particulièrement avec les enfants à qui ils adresseront toujours un sourire ou un mot gentil.

Le port reste mon endroit favori: nous y avons d’abord rencontré un charmant monsieur qui peint sur les coques des bateaux hors d’eau. Des tableaux saisissants sur le thème de l’immigration, c’est de toute beauté.

Ensuite, il n’y a qu’à observer ce qui se déroule sous nos yeux: les chats et les mouettes qui se disputent une tête de sardine, le particulier qui négocie son kilo de poisson, les touristes qui se rassasient grâce à la pêche du jour ou discutent avec les pêcheurs au bout du quai.

Au port, tu auras l’impression de vivre hors du temps, dans un monde parallèle, c’est exquis.

Puis tu pénètres au coeur de la médina où ton nez est assailli de mille odeurs, ton regard de mille couleurs et tes lèvres, de mille sourires. Les marocains se plieront toujours en 4 pour te faire plaisir, ils auront toujours le temps de discuter, d’échanger voire même de prendre un thé. Ils auront toujours une solution à proposer pour te rendre le temps plus doux, le repas plus simple, la vie plus belle.

Bref, tu l’auras compris, nous avons beaucoup aimé la belle Mogador, son dédale de ruelles, ses changements d’ambiance, sa gastronomie et sa population, toujours adorable.

Comme tu l’auras remarqué, pas de balade à dos de dromadaire ou en calèche pour nous. Nous avons beaucoup de mal avec l’exploitation (je ne parle pas de maltraitance ) des animaux dont le seul but est de distraire les gens de passages.

Mais étant cavalière, j’avais à coeur de découvrir Essaouira sur le dos d’un cheval. Il m’a fallu donc chercher “l’agence” au top pour cela, respectueuse des chevaux.

Et je l’ai trouvée. Je vous emmène donc dans mon prochain article, découvrir les plages désertes de Sidi Kaouki sur le dos de Saphir.

À tout à l’heure pour la suite. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *